Gorillaz | Les Inrockuptibles – October 2020

imgboximgboximgbox

“We created modern pop!”

It’s been twenty years since Damon Albarn and Jamie Hewlett imagined a band to satisfy their desires for music and fantasy. Today, Gorillaz is releasing its seventh album, bringing together as many talents as ever in search of that “invisible vibration”.

by Carole Boinet and François Moreau
photos by Thomas Chéné

First day of autumn, in Paris. We meet artist Jamie Hewlett and musician Damon Albarn, the two minds behind Gorillaz, in a café on the corner of rue Malte and rue du Faubourg-du-Temple. A somewhat surreal meeting in the current epidemic context, the closure of borders and the containment measures not facilitating the comings and goings of international artists.

But that’s not surprising, Jamie is living in a Parisian little flat and Damon is working hard with the Mauritanian filmmaker Abderrahmane Sissako on the staging of ‘Le vol du boli’, an opera to be presented from October 7 to 9 at the Théâtre du Châtelet.

Unrecognizable behind their masks, the two Englishmen come to talk to us about Song Machine, Season One: Strange Timez, Gorillaz’s seventh album, which brings together the great Robert Smith of The Cure, Elton John, the rapper slowthai and Peter Hook from New Order among others. On the program, memories of youth, some jokes and a sharp look at the cultural policy of the United Kingdom.

We were told that you don’t do interviews together anymore because you end up just talking nonsense.

Jamie Hewlett: Ah, it depends on the interviewer! If we start with: “So how did you come up with this crazy idea?”, yes, it can go far! (laughs)

So how did you come up with this crazy idea?

Jamie Hewlett: No comment! (laughs) We’re doing fewer and fewer interviews together because we don’t live in the same city. And then it’s not very comfortable to talk about what you did because it’s good, you did it. The fun part is doing it. Afterwards, I have nothing more to add.

Damon Albarn: When you are young you really experience everything as an adventure. You don’t know how far you can go. You consume everything, you are constantly discovering new places around the world. Then, later, the simple pleasures are somehow taken away from you since you have already experienced them too many times. It becomes something else. So I appreciate the process, which remains endlessly fascinating. Work with new people, see how the dynamics take. These are the most important things to me.

Song Machine is bursting with featurings. Are they the ones feeding the Gorillaz machine?

Damon Albarn: Sure, but you have to have some inside energy in you. You have to present something very strong to the people you want to work with. Robert Smith, I didn’t give him a almost-made song, only this sick, weird instrumental with that “tictictic” on the piano… Then I reacted to what he did and worked with it. I love it when you manage to create a real collaborative composition.

Jamie Hewlett: Every time we try to present it differently. There is no point in repeating yourself. That’s why we work with different people, different sounds.

Damon Albarn: We created modern pop.

Jamie Hewlett: Stop it, it’s gonna be the hook for the cover!

Damon Albarn: That’s right! We created this idea of ​​total collaboration, this artificial idea… that did not exist before! And now it has become a commonplace. Before, I felt that we were different. Now we are not. But because we’ve been doing this for a very long time, we’ve built this incredible catalog of collaborations, we’re still working with very young artists and very established legends.

Jamie Hewlett: There are few artists who can work with Mark E. Smith and Elton John! (laughs) The beautiful thing is that if you draw a family tree, Mark E. Smith and Elton John are inextricably linked for life now!

Are some collaborations stressful?

Damon Albarn: No, not at all, Elton John or Mark E. Smith are very easy! Lou Reed was a little grumpy… (laughs)

Jamie Hewlett: Lou Reed is never intimidated by anyone.

Damon Albarn: It took four different tracks to convince him. The first song I sent him, I got very, very negative feedback… He said he was absolutely not interested. I had never had such a categorical no. But, since then, I am used to waiting. Dionne Warwick was supposed to appear on Demon Days. She’s an amazing woman, but she is very Christian and some of the images I use in my lyrics worried her. And she said to me, “I’m not sure about the title of this album. Why is it called Demon Days? ” It wasn’t very easy to explain.

How do you interact with all of these people? Do you talk to them to convince them, to explain your project to them?

Damon Albarn: Sometimes I write them a handwritten letter and draw some silly stuff on it. With Robert Smith, it was a long process, a lot of very late emails, photos, anecdotes. And then one morning, at 6 o’clock, this song appeared.

Sometimes it’s easier?

Jamie Hewlett: What often happens is that a young artist comes into the studio, listens to a track, and they do something right after it. We don’t let them go and think about what they’re going to produce. They do it in one go.

Damon Albarn: I encourage young artists to do this. “Don’t worry, just take advantage of these three hours that we have ahead of us! Let’s be on an equal level, as musicians, as human beings.”

How do you choose these young artists like JPEGMAFIA or Chai?

Damon Albarn: Remi Kabaka is very important for this.

Jamie Hewlett: He is the third member. The secret member!

Damon Albarn: He follows young artists, he is much more attentive to current trends than we are. We don’t really know much about it! (laughs) We just have stupid ideas like Elton John and Robert Smith. Elton John, it really came from you! My story and your suggestion!

Jamie Hewlett: We had to get Damon to drink until he was pretty drunk and then pass him Elton John on the phone at 4 in the morning. He was like, “Oh damn, I love this song.”

Damon Albarn: It’s a good story. When I was 7, I lived in London. One day someone picked me up from school to go to a party with Elton John’s pink Rolls Royce Phantom – it’s a true story. Elton John had given this car to Ray Cooper [a friend of Damon’s father, Keith Albarn, who was manager of Soft Machine] as a payment for a tour they had just done in the USSR. He didn’t have any money at the time, so he gave his musicians big gifts. The song started from the memory I had of this story. In the back seat, there was a copy of Lucy in the Sky with Diamonds played by Elton John. So I believed for years that he had written it! It took me five or six years to realize that this was a Beatles song written by John Lennon. That’s why Jamie and I love working together: we have ridiculous ideas and we want to make them come true.

Jamie Hewlett: Yes, the really fun part is not so much having stupid ideas as it is making them come true.

Damon Albarn: I had a very pleasant email exchange with Morrissey. But there was absolutely no way he would agree to do anything. I could list all the people who said ‘no’ – there are still less than the ones who said ‘yes’.

Jamie Hewlett: We almost had Tom Waits but, like many, he was too busy.

Were you teenagers when The Cure started, were you fans?

Damon Albarn: Yes! Who isn’t a fan of The Cure? Robert Smith is A-DO-RA-BLE. Like Elton John.

You also collaborated with Leee John of the group Imagination, well known for the hit Just an Illusion. It’s funny!

Damon Albarn: A very funny story! I was obsessed with Top of the Pops when I was a kid, to the point that I had developed an eating disorder. My mom never wanted me to eat in front of the television. But Top of the Pops started at 7pm, and we always had dinner around 6:50 pm. And I must have eaten everything before 7pm! I started to eat very, very quickly.

Jamie Hewlett: You always do!

Damon Albarn: I eat so fast! Unfortunately, we are very old! So we come from the times when there was no chance of recording something on VHS, let alone YouTube. If you missed Top of the Pops just once, you couldn’t make it up! The next day you went to school and you were like, “Hey, did you see The Specials last night on Top of the Pops?” The same goes for Imagination, I loved them. Their songs, their looks. His voice is wonderful. I like working with different people. The music world has this very annoying tendency to banish people who are no longer in the game. Music journalists more precisely! There is a terrible thing about music journalism, you are constantly banning people from the “cool” list.

Sometimes our admiration for someone changes too. Like with Morrissey, who developed strange political opinions…

Damon Albarn: Yes, absolutely! His political views are childish! It is so shameful. He’s offline. He talks about England but he lives in Los Angeles!

Jamie Hewlett: Yes, he’s also very good friends with Sylvester Stallone. That says everything…

You also serve as a springboard for young artists.

Damon Albarn: I like the idea that the springboard is their own talent, not us, not our thing. But, yes, Gorillaz can benefit them. Immediately, they are addressed to a rather large international community! Little Simz does not stop climbing, but is thanks to her own art, her own talent.

Jamie Hewlett: Some artists abuse of it. They start talking about it too much. Especially on Instagram. I’m still there because it’s a visual network, so it’s made for me.

Damon Albarn: There was a point during lockdown when I considered social media. I was about to sign up on Instagram when my daughter, for some reason, came screaming and ripping my phone off. She saved my life!

Jamie Hewlett: She did right! You shouldn’t be allowed to be on Instagram. Especially if you’re a little drunk.

Is that the reason you’re not there? To avoid saying anything drunk?

Damon Albarn: No, that’s not really the reason that keeps me away from social media. It’s rather that I’m not interested in constantly knowing people’s opinions! We have reached a level of narcissism, self-sufficiency… it’s not very constructive.

Do you think that nowadays a young artist can succeed in the music business without being ultra-connected to social networks?

Damon Albarn: I think if you start this year, you might not do very well. Really. It’s hard. Especially for bands and people who play their instrument in their corner. It’s hard and at the same time it’s important to keep going, for people to come together and make music together. Our ability to communicate through music, collectively, to come together and play, brings us back to something very basic, a need of human consciousness. In France, it’s not the same, the situation is better. In England, they don’t give a damn about any art form.

Are you talking about politicians?

Damon Albarn: Our politicians are horrible. We are going through very dark times politically, unfortunately. (bangs his fist on the table)

Yet there is a vibrant music scene in England.

Damon Albarn: That’s not the problem. The problem is, all music promotion has been allowed to be ravaged by corporations. I’ll not give any names. These people only think of the dough! You would have to be crazy to think that they would say: “OK, we are not going to make money for two or three years, invest in new talent and create cheap, practical and accessible structures for young people to do music.” Investing, investing, investing, that’s something they don’t care about. On the other hand, you have American artists, completely out of touch with reality, who say, “We will not agree to have such a festival next year unless you give us the money in advance”

And this new world scares you?

Damon Albarn: No, not at all. People are what they are. I want to party with people. Look, this evening, on the Place de la République, there will be people going to dance. This is what I want to see: people interacting with each other.

And, at the same time, this new album is called Strange Timez. How are times strange?

Jamie Hewlett: There’s nothing else to see this year! These are both strange and breathtaking times.

Damon Albarn: I think these are incredible times. The range of possibilities is immense. What we could get out of it all, if only we could choose to be less … engrossed in ourselves. Because that’s the thing: people are being fucking selfish. To be honest, what matters the most is getting things right. For example, I don’t understand why live music has suddenly become the most dangerous thing in the world. This is something I don’t get, it just doesn’t make sense. This is the best thing, an invisible vibration. It’s like movie theaters, it’s a normally completely benign place, where people seek to entertain other people. It’s scary. But I imagine we will come back stronger.

Is it important for you to use Gorillaz as a political platform?

Jamie Hewlett: But it’s already a political platform! Back in the days of Demon Days, we were talking about environmental issues, that was fifteen years ago. Plastic Beach!

Damon Albarn: We were already talking about guns, drugs, mass control. But what you say as an individual doesn’t matter. The message is in what we do. That is what matters.

Why did you decide one day not to hide behind the characters of Gorillaz anymore? To break this anonymity pact?

Jamie Hewlett: I feel like it happened from the start, right? People knew who was behind the drawings.

At first, the illusion worked quite well. Only the drawings were highlighted. In France, if you weren’t in contact with a certain people, the information might not reach you.

Jamie Hewlett: It worked in France then! That was the idea at the beggining – I hadn’t really realized that this masquerade had gotten anywhere! It was something impossible to hide because Damon’s voice is so recognizable.

Damon Albarn: I think it still is, though. Not everyone is looking to see if there are real musicians behind the drawings. Especially in the United States.

Jamie Hewlett: It’s true that Americans really like cartoons. There, they give the Simpsons more credit than the politicians.

In fact, in the documentary Bananaz, released in 2008, it seems that Gorillaz was set up with the aim of breaking into the American market.

Damon Albarn: In fact, when the idea of ​​creating Gorillaz started, nobody really had the audacity to think it would be successful. It started from nothing, and then, overnight, it got huge. Everything happened really fast.

Do you remember the day you got the idea?

Damon Albarn: When we were younger, we lived together in London. At that time, we had the biggest TV you could buy in England in our living room.

Jamie Hewlett: A plasma screen!

Damon Albarn: It was super heavy.

Jamie Hewlett: High tech…

Damon Albarn: You could watch multiple shows at the same time.

Jamie Hewlett: The screen split into eight. No, nine. Nine different channels: you could watch MTV2, MTV, or whatever. We watched a lot of cable music channels, with shitty stuff. At the time, you had a lot of marketed groups. Boy bands, girl bands, only marketed groups! And then we were like, “How about we put together a band from scratch?”

In this kind of concept, every ingredient has to be perfect: the style, the music, the people who make up the band. But, in reality, these groups were never perfect. The idea that any band can be cool and have charm is one thing. But how can you have misfits as a marketed group? So we figured we could do that well.

Damon Albarn: One of the characters in Gorillaz, Russell, was tormented by ghosts. Originally, we had thought to stage dead musicians. It is from this concept that Gorillaz was born.

Jamie Hewlett: Simple as that.

Damon Albarn: Jamie did some sketches, I did some demos, and voilà.

Jamie Hewlett: We introduced the project to EMI and they loved it. It must be said that Tony Wadsworth (former executive director of the EMI group in England) was a cool guy. He had a vision. No magazine wanted to do anything with us except Dazed & Confused. So we put together a big thing with them, with a nice cover and ten pages inside. Everyone wanted to talk to Damon, and we were like, “No, no, no. If you want to talk to someone, you have to talk to the characters. “And Jefferson (Jefferson Hack, former editor of Dazed & Confused) did also got it.

The band has been around for twenty years, do you see Gorillaz continuing for another twenty years?

Damon Albarn: There’s no problem.

Jamie Hewlett: Yes, because you won’t see us, you will see the cartoons! We could be in wheelchairs working on Gorillaz!

Thinking about your succession?

Jamie Hewlett: We talked about it. We talked about passing the torch. But it would be hard for us to find someone we could really trust. I still have a lot of energy! I think we still have ten years ahead of us! It’s not really a job… I don’t see it that way.

Can we get a scoop? Who will you invite on the next record?

Jamie Hewlett: For Season Two? I can’t tell you that!

Damon Albarn: Things also happen a bit by chance.

We have an idea…

Damon Albarn: Who?

Liam Gallagher?

Damon Albarn: Liam ?! He’s an idiot. He talks to me almost every week anyway. Whereas it’s been twenty-five years since I said nothing more about him. He serves as a springboard for me on social media.

Jamie Hewlett: It’s true that he does a lot of publicity for you.

Damon Albarn: It’s true!

Jamie Hewlett: We worked with Noel before…

Damon Albarn: I love Liam, I would be more than happy to do a song with him, but I’m not the one who is going to reach out to him. I’m just trying not to be negative when answering your question. I’m not saying, “I want to work with Liam Gallagher.” If you make me say that, you’re wankers, because that’s not what I said. I sincerely have no problem working with him, but I will never use this bias as an opportunity to do so.

Jamie Hewlett: He just answered your question, it’s not a statement.

Damon Albarn: But if you want to write “Liam Gallagher is a social springboard for me”, you are welcome.

ORIGINAL INTERVIEW IN FRENCH

On a créé la pop moderne

Cela fait vingt ans que Damon Albarn et Jamie Hewlett ont imaginé un groupe à leur mesure pour satisfaire leurs envies de musiques, de rencontres et de fantaisie. Aujourd’hui, Gorillaz publie son septième album, réunissant toujours autant de talents à la recherche de cette “vibration invisible”. Entretien.

Premier jour de l’automne, à Paris. On retrouve le dessinateur Jamie Hewlett et le musicien Damon Albarn, les deux têtes pensantes de Gorillaz, dans un café à l’angle des rues de Malte et du Faubourg-du-Temple. Une rencontre un peu surréaliste dans le contexte épidémique que l’on connaît, la fermeture des frontières et les mesures de confinement ne facilitant pas les allées et venues des artistes internationaux.

Mais qui n’a rien d’étonnant, Jamie ayant un pied-à-terre parisien et Damon travaillant d’arrache-pied avec le cinéaste mauritanien Abderrahmane Sissako sur la mise en scène duVol du boli, un spectacle présenté du 7 au 9 octobre au Théâtre du Châtelet.

Méconnaissables derrière leurs masques, les deux Anglais viennent nous parler de Song Machine, Season One : Strange Timez, le septième album de Gorillaz, qui réunit, entre autres, le grand Robert Smith de The Cure, Elton John, le rappeur slowthai ou encore Peter Hook, ex-New Order. Au programme, des souvenirs de jeunesse, quelques tacles et un regard acerbe sur la politique culturelle du Royaume-Uni.

On nous a dit que vous ne faisiez plus d’interview ensemble car vous racontiez n’importe quoi.

Jamie Hewlett — Ah, ça dépend de l’intervieweur ! Si on commence par : “Et alors, comment vous avez eu cette idée de dingue ?”, oui ça peut partir loin ! (rires)

Alors, comment avez-vous eu cette idée de dingue ?

Jamie Hewlett — Pas de commentaires ! (rires) On fait de moins en moins d’interviews ensemble car nous n’habitons pas dans la même ville. Et puis ce n’est pas très confortable de parler de ce que tu as fait parce que c’est bon, tu l’as fait. La partie fun, c’est de le faire. Après, je n’ai rien de plus à ajouter.

Damon Albarn — Quand tu es jeune, tu vis véritablement tout comme une aventure. Tu ne sais pas jusqu’où tu peux aller. Tu consumes tout, tu découvres en permanence de nouveaux lieux à travers le monde. Puis, plus tard, les plaisirs simples te sont en quelque sorte retirés puisque tu les as déjà expérimentés de trop nombreuses fois. Ça devient quelque chose d’autre. J’apprécie donc le processus, qui lui reste indéfiniment fascinant. Bosser avec de nouvelles personnes, voir comment la dynamique prend. Ce sont les choses les plus importantes à mes yeux.

“Il y a peu d’artistes qui peuvent travailler avec Mark E. Smith et Elton John !” Jamie Hewlett

Song Machine déborde de featurings. C’est eux qui nourrissent la machine Gorillaz ?

Damon Albarn — Bien sûr, mais tu dois avoir en toi une énergie de base. Tu dois présenter aux gens avec qui tu veux travailler quelque chose de très fort. Robert Smith, je ne lui ai pas donné une chanson toute faite, seulement cette instru malade, bizarre avec ce “tictictic” au piano… Puis j’ai réagi à ce qu’il a fait avec mon travail, après coup. J’adore quand on parvient à créer une véritable composition collaborative.

Jamie Hewlett — A chaque fois, on essaie de présenter les choses différemment. Il n’y a aucun intérêt à se répéter. C’est pour ça qu’on travaille avec différentes personnes, différents sons.

Damon Albarn — On a créé la pop moderne.

Jamie Hewlett — Arrête, ça va être l’accroche sur la couv !

Damon Albarn — C’est vrai ! On a créé cette idée de collaboration totale, cette idée d’artifices… ça n’existait pas ! Et maintenant c’est devenu un lieu commun. Avant, je sentais que nous étions différents. Maintenant, nous ne le sommes plus. Mais parce qu’on fait ça depuis très longtemps, qu’on a construit cet incroyable catalogue de collaborations, qu’on travaille toujours avec de très jeunes artistes et des légendes très établies.

Jamie Hewlett — Il y a peu d’artistes qui peuvent travailler avec Mark E. Smith et Elton John ! (rires) Ce qui est beau, c’est que si l’on dessine un arbre généalogique, Mark E. Smith et Elton John sont inextricablement liés à vie désormais !

Certaines collaborations sont-elles stressantes ?

Damon Albarn — Non, pas du tout, Elton John ou Mark E. Smith sont très faciles ! Lou Reed était un peu grincheux…(rires)

Jamie Hewlett — Lou Reed n’est jamais intimidé par personne.

Damon Albarn — Il a fallu quatre morceaux différents pour le convaincre. Le premier morceau que je lui ai envoyé, j’ai eu des retours très, très négatifs… Il disait qu’il n’était absolument pas intéressé. Je n’avais jamais eu un non catégorique à ce point-là. Mais, depuis, je suis habitué à attendre. Dionne Warwick était censée apparaître sur Demon Days. C’est une femme extraordinaire, mais elle a eu les jetons.

Elle est très chrétienne et certaines des images que j’emploie dans mes textes l’ont inquiétée. Et elle m’a dit : “Je ne suis pas certaine du titre de cet album. Pourquoi s’appelle-t-il Demon Days ?” Ce n’était pas très simple à expliquer..

Comment dialoguez-vous avec toutes ces personnes ? Vous employez des mots pour les convaincre, leur expliquer votre projet ?

Damon Albarn — Parfois, je rédige une lettre manuscrite sur laquelle je dessine quelques trucs stupides. Avec Robert Smith, ça a été un long processus, beaucoup d’emails très tardifs, des photos, des anecdotes. Et puis un matin, à 6 heures, ce morceau est apparu.

“Nous avons des idées ridicules et nous voulons les réaliser” Damon Albarn

Parfois c’est plus facile ?

Jamie Hewlett — Ce qui arrive souvent, c’est qu’un jeune artiste vienne au studio, écoute un morceau et fasse quelque chose dans la foulée. On ne les laisse pas partir et réfléchir à ce qu’ils vont produire. Ils le font d’une traite.

Damon Albarn — J’encourage les jeunes artistes à faire ça. “Ne t’en fais pas, profite juste de ces trois heures que nous avons devant nous ! Soyons sur des bases égales, en tant que musiciens, en tant qu’êtres humains.”

Comment choisissez-vous ces jeunes artistes comme JPEGMAFIA ou Chai ?

Damon Albarn — Le mec qui est très important, c’est Remi Kabaka.

Jamie Hewlett — C’est le troisième membre. Le membre secret !

Damon Albarn — Il suit les jeunes artistes, il est bien plus attentif aux modes actuelles que nous. Nous, on n’y connaît pas grand-chose en vérité ! (rires) On a juste des idées stupides comme Elton John et Robert Smith. Elton John, ça vient de toi en vérité ! Mon histoire et ta suggestion !

Jamie Hewlett — J’ai dû faire boire Damon jusqu’à ce qu’il soit plutôt soûl et lui passer du Elton John à 4 heures du mat. Il était là : “Oh putain, j’adore ce morceau.”

Damon Albarn — C’est une bonne histoire. Quand j’avais 7 ans, je vivais à Londres. Un jour, quelqu’un est venu me chercher à l’école pour aller à une fête avec la Rolls Royce Phantom rose d’Elton John – c’est une histoire vraie. Elton John avait donné cette voiture à Ray Cooper (un ami du père de Damon, Keith Albarn, qui fut manager de Soft Machine – ndlr) en guise de salaire pour une tournée qu’ils venaient de faire en URSS. Il n’avait pas d’argent à l’époque, alors il faisait de gros cadeaux à ses musiciens.

Le morceau est parti du souvenir que j’avais de cette histoire. Sur le siège arrière, il y avait un maxi de Lucy in the Sky with Diamonds interprété par Elton John. J’ai donc cru pendant des années qu’il l’avait écrite ! Il m’a fallu cinq ou six ans pour réaliser qu’il s’agissait d’un morceau des Beatles, écrit par John Lennon. C’est pour ça que Jamie et moi aimons travailler ensemble : nous avons des idées ridicules et nous voulons les réaliser.

Jamie Hewlett — Oui, la partie vraiment fun, ce n’est pas tant d’avoir des idées débiles que de les concrétiser.

Damon Albarn — J’ai eu un échange d’emails très agréables avec Morrissey. Mais il n’y avait absolument aucun moyen qu’il accepte de faire quoi que ce soit. Je pourrais énumérer tous les gens qui ont dit non – il y en a tout de même moins que des “oui”.

Jamie Hewlett — On a presque eu Tom Waits mais, comme beaucoup, il était trop occupé.

Vous étiez adolescents quand The Cure a commencé, vous étiez fans ?

Damon Albarn — Oui ! Qui n’est pas un énorme fan des Cure ? Robert Smith est A-DO-RABLE. Comme Elton John.

Vous avez aussi collaboré avec Leee John du groupe Imagination, très connu pour le tube Just an Illusion. C’est drôle !

Damon Albarn — Une histoire très drôle ! J’étais obsédé par Top of the Pops quand j’étais gamin, au point que j’avais développé un trouble de l’alimentation. Ma mère ne voulait jamais que je mange devant la télévision. Or Top of the Popsdémarrait à 19 heures, et elle mettait toujours le dîner sur la table vers 18 heures 50. Et je devais avoir tout mangé avant 19 heures ! Je me suis mis à manger très, très rapidement.

Jamie Hewlett — Tu le fais toujours !

Damon Albarn — Je mange si vite ! Malheureusement, nous sommes très vieux ! Donc nous venons d’une époque où il n’y avait pas d’enregistrement possible sur VHS, encore moins YouTube. Si vous manquiez une seule fois Top of the Pops, vous ne pouviez pas le rattraper ! Le lendemain, vous alliez à l’école et on vous disait : “Hey, t’as vu les Specials hier soir à Top of the Pops ?” Donc, Imagination, je les adorais.

Leurs morceaux, leurs looks. Sa voix est merveilleuse. J’aime travailler avec différentes personnes. Le monde de la musique a cette très fâcheuse tendance à bannir des gens qui ne sont plus dans le coup. Les journalistes musicaux plus précisément ! Il y a un truc terrible dans le journalisme musical, vous bannissez constamment des gens de la liste des “cool”.

Parfois, notre admiration pour quelqu’un change aussi. Comme pour Morrissey, qui a développé d’étranges opinions politiques…

Damon Albarn — Oui, tout à fait ! Ses vues politiques sont puériles ! C’est si honteux. Il est déconnecté. Il parle de l’Angleterre mais il vit à Los Angeles !

Jamie Hewlett — Oui, il est d’ailleurs très ami avec Sylvester Stallone. Ça veut tout dire…

Vous servez également de tremplin à de jeunes artistes.

Damon Albarn — J’aime l’idée que le tremplin soit leur propre talent, pas nous, pas notre truc. Mais, oui, Gorillaz peut leur être bénéfique. Immédiatement, ils s’adressent à une communauté internationale assez large ! Little Simz ne cesse de grimper, elle, mais grâce à son propre art, son propre talent.

Jamie Hewlett — Certains artistes en abusent. Ils se mettent à en parler beaucoup trop. Surtout sur Instagram. Moi, j’y suis toujours parce que c’est un réseau visuel, c’est donc fait pour moi.

Damon Albarn — Il y a eu un moment pendant le confinement où j’ai envisagé de m’inscrire sur les réseaux sociaux. J’étais sur le point de m’inscrire sur Instagram quand ma fille, pour une raison inconnue, a débarqué en criant et m’a arraché mon téléphone. Elle m’a sauvé la vie !

Jamie Hewlett — Elle a bien fait ! Tu ne devrais pas être autorisé à être sur Instagram. Surtout si tu es un peu bourré.

C’est la raison pour laquelle tu n’y es pas ? Pour éviter de raconter n’importe quoi bourré ?

Damon Albarn — Non, ce n’est pas vraiment la raison qui me tient éloigné des réseaux sociaux. C’est plutôt que ça ne m’intéresse pas de connaître en permanence l’opinion des gens ! On a atteint un niveau de narcissisme, de suffisance… ce n’est pas très constructif.

Tu penses que, de nos jours, un•e jeune artiste peut réussir dans le business de la musique sans être ultra-connecté•e aux réseaux sociaux ?

Damon Albarn — Je pense que si tu débutes cette année, tu risques de ne pas vivre que des bons moments. Vraiment. C’est dur. Surtout pour les groupes et les gens qui jouent de leur instrument dans leur coin. C’est dur et, en même temps, c’est important de continuer, que les gens se réunissent et fassent de la musique ensemble.

Notre capacité à communiquer à travers la musique, collectivement, à nous réunir et à jouer nous ramène à quelque chose de l’ordre d’un besoin basique de la conscience humaine. En France, ce n’est pas la même chose, la situation est meilleure. En Angleterre, ils se foutent complètement de toute forme d’art.

Tu parles des politiques ?

Damon Albarn — Nos politiques sont horribles. On traverse, politiquement, des temps très sombres, malheureusement. (il tape du poing sur la table)

“Les gens sont des putains d’égoïstes, on leur demande de porter un masque, ils disent qu’on les prive de toutes leurs libertés” Jamie Hewlett

Pourtant, il existe une scène musicale vibrante en Angleterre.

Damon Albarn — Ce n’est pas le problème. Le problème, c’est que l’on a permis que toute la promotion de la musique soit ravagée par des conglomérats. Je ne donnerai pas de nom. Ces gens ne pensent qu’au fric ! Donc, forcément, aujourd’hui, ils ne sont pas très coopératifs. Il faudrait être fou pour penser qu’ils diraient : “OK, on ne va pas se faire d’argent pendant deux ou trois ans, investir dans des nouveaux talents et créer des structures bon marché, pratiques et accessibles pour que les jeunes puissent faire de la musique.” Investir, investir, investir, c’est un truc qui ne les intéresse pas.

D’un autre côté, tu as des artistes américains, complètement déconnectés des réalités, qui disent : “Nous n’accepterons pas de faire tel festival l’année prochaine à moins que vous nous filiez la thune d’avance”

Et ce nouveau monde vous fait peur ?

Damon Albarn — Non, pas du tout. Les gens sont ce qu’ils sont. Je veux faire la fête avec les gens. Regarde, ce soir, sur la place de la République, il y aura peut-être des gens qui vont danser. C’est ce que j’ai envie de voir : des gens qui interagissent entre eux.

Jamie Hewlett —

Et, en même temps, ce nouvel album s’appelle Strange Timez. En quoi les temps sont-ils étranges ?

Jamie Hewlett — Il n’y a qu’à voir cette année ! C’est une époque à la fois étrange et bluffante.

Damon Albarn — Je pense qu’on vit dans une époque incroyable. L’étendue des possibilités est immense. Ce que l’on pourrait tirer de tout cela, si seulement on pouvait choisir d’être moins… absorbés par nous-mêmes. Parce que c’est ça le truc : les gens deviennent de foutus égoïstes. Pour être honnête, ce qui compte le plus, c’est de faire en sorte que les choses se règlent. Par exemple, je ne comprends pas pourquoi la musique live est devenue d’un coup la chose la plus dangereuse du monde.

C’est un truc que je ne pige pas, ça n’a aucun sens. C’est le meilleur truc, une vibration invisible. C’est comme les salles de cinéma, c’est un endroit normalement complètement bénin, où des gens cherchent à divertir d’autres gens. C’est flippant. Mais j’imagine que l’on reviendra plus fort.

C’est important pour vous d’utiliser Gorillaz comme une plateforme politique ?

Jamie Hewlett — Mais c’est déjà une plateforme politique ! A l’époque de Demon Days, on parlait des problèmes environnementaux, c’était il y a quinze ans déjà. Plastic Beach !

Damon Albarn — On parlait déjà d’armes, des drogues, du contrôle des masses. Mais ce que l’on peut dire en tant qu’individu n’a pas d’importance. Le message se trouve dans ce que l’on fait. C’est ce qui compte.

Pourquoi avez-vous décidé un jour de ne plus vous cacher derrière les personnages de Gorillaz ? De rompre ce pacte d’anonymat ?

Jamie Hewlett — J’ai l’impression que c’est arrivé dès le début, non ? Les gens savaient qui se cachait derrière les dessins.

Au début, l’illusion fonctionnait assez bien. Seuls les dessins étaient mis en avant. En France, si tu n’étais pas au contact d’un certain milieu, l’information pouvait ne pas te parvenir.

Jamie Hewlett — Ça a fonctionné en France alors ! C’était l’idée au début – je n’avais pas vraiment réalisé que cette mascarade avait pu tenir où que ce soit ! C’était un truc impossible à cacher, notamment parce que la voix de Damon est très reconnaissable.

Damon Albarn — Je pense que c’est encore le cas, cela dit. Tout le monde ne cherche pas à savoir s’il y a des vrais musiciens derrière les dessins. Surtout aux Etats-Unis.

Jamie Hewlett — C’est vrai que les Américains aiment beaucoup les cartoons. Là-bas, ils accordent plus de crédits aux Simpson qu’aux politiciens.

D’ailleurs, dans le documentaire Bananaz, sorti en 2008, on a l’impression que Gorillaz a été monté dans le but de percer sur le marché américain.

Damon Albarn — En fait, quand l’idée de créer Gorillaz a germé, personne n’avait vraiment l’audace de penser que ça aurait du succès. C’est parti de rien, et puis, du jour au lendemain, c’est devenu énorme. Tout est allé très vite.

Vous vous rappelez le jour où vous avez eu l’idée ?

Damon Albarn — Quand on était plus jeunes, on vivait ensemble, à Londres. A cette époque, on avait la plus grosse télévision que tu pouvais t’acheter en Angleterre dans notre salon.

Jamie Hewlett — Plasma !

Damon Albarn — Un truc hyper-lourd.

Jamie Hewlett — De la haute technologie…

Damon Albarn — Tu pouvais regarder plusieurs émissions à la fois.

Jamie Hewlett — L’écran se partageait en huit. Non, neuf. Neuf chaînes différentes : tu pouvais regarder MTV2, MTV, ou je ne sais quoi encore. On regardait beaucoup de chaînes musicales du câble, avec des trucs de merde. A l’époque, tu avais beaucoup de groupes marketés. Boys bands, girls bands, que des groupes marketés ! Et puis on s’est dit : “Et si nous aussi on montait un groupe de toutes pièces ?”

Dans ce genre de concept, chaque ingrédient doit être parfait : le style, la musique, les gens qui forment le groupe. Mais, en réalité, ces groupes n’étaient jamais parfaits. L’idée que tout groupe puisse être cool et avoir du charme, c’est une chose. Mais comment peux-tu rater un groupe marketé ? Donc on s’est dit qu’on pouvait arriver à faire ça bien.

Damon Albarn — Un des personnages de Gorillaz, Russell, était tourmenté par des fantômes. A l’origine, on avait pensé mettre en scène des musiciens morts. C’est de ce concept qu’est né Gorillaz.

Jamie Hewlett — Aussi simple que ça.

Damon Albarn — Jamie a réalisé quelques croquis, j’ai mis en boîte quelques demos, et voilà.

Jamie Hewlett — On a présenté le projet à EMI et ils ont adoré. Il faut dire que Tony Wadsworth (ancien directeur exécutif du groupe EMI en Angleterre – ndlr) était un mec cool. Il avait une vision. Aucun magazine ne voulait faire quoi que ce soit avec nous, à part Dazed & Confused. On a donc monté un gros truc avec eux, avec une belle couverture et dix pages intérieures. Tout le monde voulait parler à Damon, et nous on disait : “Non, non, non. Si vous voulez parler à quelqu’un, il faut parler aux personnages.” Et ça, Jefferson (Jefferson Hack, ancien rédacteur en chef de Dazed & Confused – ndlr) l’avait aussi bien pigé.

Cela fait vingt ans que le groupe existe, vous voyez Gorillaz continuer encore vingt ans de plus ?

Damon Albarn — Sans aucun problème.

Jamie Hewlett — Oui, parce que tu ne nous verras pas nous, mais les dessins animés ! Nous pourrons être dans des fauteuils roulants en train de bosser sur Gorillaz !

Vous pensez à votre succession ?

Jamie Hewlett — On en a parlé. On a parlé du fait de passer le relais. Mais ce serait difficile pour nous de trouver quelqu’un en qui on aurait vraiment confiance. J’ai encore énormément d’énergie ! Je pense qu’on a encore dix ans devant nous ! (Ils ont tous les deux 52 ans – ndlr) Ce n’est pas vraiment un travail… Je ne le vois pas comme ça.

On se quitte sur un scoop ? Qui inviterez-vous sur le prochain disque ?

Jamie Hewlett — Pour la saison 2 ? Je ne peux pas te dévoiler ça !

Damon Albarn — Les choses arrivent aussi un peu par hasard.

“Liam Gallagher ? C’est un idiot” Damon Albarn

On a bien une idée…

Damon Albarn — Qui ?

Liam Gallagher ?

Damon Albarn — Liam ?! C’est un idiot. Il parle de moi presque toutes les semaines de toute façon. Alors que ça fait vingt-cinq ans que je n’ai plus rien dit sur lui. Ce mec me sert de tremplin sur les réseaux sociaux.

Jamie Hewlett — C’est vrai qu’il te fait pas mal de publicité.

Damon Albarn — C’est vrai !

Jamie Hewlett — On a déjà travaillé avec Noel…

Damon Albarn — J’aime Liam, je serais plus que ravi de faire une chanson avec lui, mais ce n’est pas moi qui vais lui tendre la main. J’essaie juste de ne pas être négatif en répondant à votre question. Je ne dis pas : “Je veux travailler avec Liam Gallagher.” Si vous me faites dire ça, vous êtes des branleurs, parce que ce n’est pas ce que j’ai dit. Je n’ai sincèrement aucun problème à travailler avec lui, mais je n’utiliserai jamais ce biais comme une opportunité de le faire.

Jamie Hewlett — Il a juste répondu à votre question, ce n’est pas une déclaration.

Damon Albarn — Mais si vous voulez écrire “Liam Gallagher est un tremplin social pour moi”, vous êtes les bienvenus.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: